Trafic ou la prophétie californienne

Une fois n’est pas coutume, je commencerai cette chronique par un bon conseil : voir ou revoir Trafic de Jacques Tati. En cinéaste visionnaire, il pousse en 1971, jusqu’à l’absurdité les affres de l’automobile à travers son salon mondial, ses garagistes fantaisistes, ses bruits infernaux et surtout l’embouteillage monstre devenu le lot quotidien des mégalopoles du 21ème siècle.

Un professeur d’université me relatait l’autre jour une autre prophétie, beaucoup moins connue celle-ci, prononcée à la fin des années soixante par un chauffeur de taxi de Los Angeles qu’il avait pris à l’aéroport un vendredi en fin d’après-midi.

Bloqués depuis une bonne demi-heure sur une bretelle d’autoroute, le taxidriver pestait contre le bureau des routes du district qu’il tenait pour responsable de l’augmentation des embouteillages (marmelades pour les américains, chacun sa culture !). L’homme dit au professeur : « les fonctionnaires du bureau des routes sont des gens très dangereux ». Ils sont en train de prendre du pouvoir à la mairie de Los Angeles et si on les laisse faire, ils vont finir par paralyser tout le trafic. ». Le professeur intrigué lui demanda pourquoi. L’autre hocha la tête en disant : moi, je vous le dit, la fin du monde arrivera un jour quand les hommes du bureau des routes de L. A. seront au pouvoir et que toute la terre sera recouverte de routes et de voitures. Ca se passera un vendredi soir à 19h sur une de ces satanées bretelles d’autoroutes en Californie. Un conducteur éternuera en donnant un coup de freins et tout le trafic sur la planète sera alors instantanément paralysé ».

J’ai repensé à cette anecdote en entendant qu’Arnold Schwarzenegger, Gouverneur de l’état californien, partait en guerre juridique contre les constructeurs automobiles qu’il accuse de nuisance publique en produisant des millions de véhicules qui émettent collectivement des quantités massives de dioxyde de carbone », gaz contribuant à l’effet de serre et au réchauffement climatique.

Ce gouverneur républicain avait-il eu vent de la prophétie du taxidriver prévoyant la fin du monde à Los Angeles ? ou bien a -t-il simplement eu vent des innombrables rapports nous alertant des menaces qui pèsent ?

Je me demande si je n’aurais pas préféré qu’il en reste à un scénario de film sur cet excellent sujet car c’est quand même son métier de base, et quand on repense à Reagan, ça fait réfléchir …

© Sylvie Andrieu, Paris, le 22 septembre 2006

Publié dans Bar bouze Tagués avec : ,