La graine de sarrasin

Article publiée en 2011 par Vents contraires, la revue collaborative du théâtre du rond-point.
La graine de sarrasin, on la trouve partout. Pas seulement à la périphérie des centres villes. Sa culture est passionnante. On ne sait plus très bien d’où elle est venue, de quelle contrée lointaine, ni qui était allé la chercher. Elle s’est intégrée là et on l’aime bien.

Quand elle a commencé à s’implanter en Gaulle, les graines d’orge et de blé en avaient eu peur et s’étaient écartées dans le champ afin de laisser de la distance. Il faut dire que le blé et l’orge n’aiment pas trop se mélanger en général mais lorsque les voisines ont vu que le sarrasin avait du succès dans les moulins et cela les a rassurées que ce soit lui qui se fasse broyé par les rouleaux plutôt qu’elles. L’orge et le blé n’appréciait toujours pas le sarrasin avec ses graines noires mais le sarrasin a continué à pousser ici et là, comme en Bretagne où on en fait d’excellentes crêpes.

Un jour, le président des céréales ne sachant plus quoi dire à ses graines d’électeurs qui souffraient de multiples maux comme celui de ne plus trouver de place pour se loger sur la terre, de ne plus voir le soleil et d’être polluées par de la chimie, appliqua une vielle recette consistant à dresser les uns contre les autres. Il dit qu’il fallait avoir peur de ces sarrasins qui menaçaient d’envahir nos prairies et nomma quelques ministres meuniers réputés pour leurs mauvaises farines.

Pendant ce temps, le maïs venu d’une lointaine contrée de l’ouest et dont personne ne se souciait tant le sarrasin était stigmatisé, s’installa sur de grandes étendues, sans que personne ne réagisse. Les vachers étaient ravis de nourrir leurs animaux avec ce maïs qui prenait un malin plaisir à vider les sources d’eau. Chemin faisant, le maïs finit par imposer sa loi pendant que les autres céréales fixaient leur haine sur le sarrasin, jusqu’au jour où des hordes de cochons sauvages commencèrent à menacer de tout ravager jusqu’aux centres des villes. Ceux là non plus le président des céréales ne les avait pas vus venir, mais c’est une autre histoire que je vous raconterai la prochaine fois.

Le petit Larousse dit pour Sarrasin :

1/ musulman pour les occidentaux du moyen âge
2/ céréale très rustique, aussi appelée blé noir, dont les graines de couleur noire fournisse une farine utilisée notamment pour fabriquer des crêpes. Genre fagopyrum ; famille des polygonacées.

© Sylvie de Nevers, Paris le 8 mars 2011

Publié dans Bar bouze Tagués avec :