Double sens

Publié le 12 avril 2013 par Sylvie Andrieu

double sens …

Le tapissier envolé

René de Sescendres est un tapissier imposteur qui passe ses jours à percer des  tapis volants avec des boules. Il tient cette activité insolite d’un poste   hérité de son père et pour lequel il touche un méchant salaire.

Le  tapissier a parfois le souffle coupé devant les arts. D’autres fois, il en   ricane. C’est trop d’hommages, se dit le gardien de musée gitan qui le   distille du regard en devant un bâton d’encens.

Vingt touristes, vingt cœurs et vingt culs donc, sont en train d’embrasser un chat. Chat   scélérat ! s’exclame le tapissier sensible

Devant les lots de bocaux de confit, il songe à donner sa démission.

Envolé, il rêve d’une vie d’ange, dans des astres.

Le pâtissier en vélo

 Le pâtissier Henri Kahn renait de ses cendres. Après avoir passé des nuits à  voler des tapis persans, il renonce à la postérité et déboule devant la paire   d’apprentis avec un méchant sal air.

Le couple,  soufflé devant le pâtissier, était en train de s’amuser avec un lézard. C’est trop dommage, se disent-ils en agitant un bâton dansant.

Ni vainqueurs ni vaincus, ils regardent passer des trains de rats, en brassées.

Chassez les rats ! s’exclame le pâtissier sans cible.

A   quoi sert que je leur confie des missions dans des beaux locaux, songe t-il.

En vélo, il rêve d’une vidange, d’un désastre.

 

Publié dans Bar bouze Tagués avec : , ,