Archives du site

textes de nouvelles, de feuilletons

L’œcuménique

Au premier regard un peu appuyé qu’un homme dirigeait sur elle *, Désirée croyait qu’il fallait répondre et qu’elle pouvait le faire de façon banale

Publié dans Les nouvelles Tagués avec : ,

Joueur

Ce matin là, Simon était arrivé plus tard qu’à l’accoutumée. « Panne de réveil » avait-il envoyé à l’adresse de celui qui trônait dans ce qu’il appelait le bocal. Le bocal était presque toujours ouvert. Le ROI – surnom de

Publié dans Les nouvelles, Nouvelles paranographiques Tagués avec : ,

Je suis en vrac

Je suis en vrac. Je n’y comprend plus rien. Ils m’ont mis dans cette boite en plastique alors que j’étais bien tranquille dans le noir à l’abri dans l’argile. C’est une truelle qui m’a réveillé. Ils m’ont séparé de es

Publié dans Les nouvelles, Nouvelles paranographiques Tagués avec :

Cauchemar – libérez les homards

J’aime bien le mois d’août, celui du sacrifice du homard.

Publié dans Les nouvelles Tagués avec : , ,

La tour infernale

 

Publié dans Les nouvelles Tagués avec : , ,

Nouvelles paranographiques

 Marcher Victor n’aime pas spécialement marcher. Il a longtemps cru que c’était la vertu des fainéants. Comme il trainait toujours des pieds, on lui disait : « allez, avance, courage ! ». Mais les années ont eu beau passer, les centaines de kilomètres au

Publié dans Nouvelles paranographiques Tagués avec :

Les écolo évangélistes

Comme chacun sait, la chrétienté est un exemple, s’il en fallait, de développement durable. Si certains pensaient il y a deux milles ans fonder un mouvement « politique » au sens contemporain, ne se sont-ils pas trompés ? La peur et la promesse de l’apocalypse ne sont-ils pas de meilleurs leviers pour attirer les foules ?

C’est sur ce parallèle qu’est bâtit ce petit feuilleton pamphlétaire affectueux. Qui aime bien charrit bien …

Publié dans Les écolos évangélistes Tagués avec : ,

Rencontre inattendue

La joyeuse bande marche dans la forêt. Elles avancent tranquillement en file indienne et c’est à peine si l’on entend leurs pas. Au petit matin pâle, la terre de bruyère est encore humide et de grandes tiges laissent parfois tomber

Publié dans Les nouvelles Tagués avec :

Wallace et l’oie

Il était une fois une oie qui s’ennuyait à force d’arpenter son pré, à quelques pattes d’oie de la capitale …

Publié dans Les nouvelles Tagués avec : ,